Comment effectuer la pose d’un parquet ?

Parmi les revêtements de sol existant aujourd’hui, le parquet demeure encore celui qui est le plus apprécié. Très esthétique et isolant, le parquet peut s’installer de différente manière dans une ou plusieurs pièces d’une maison ou même à l’extérieur (sur la terrasse). En faite, il existe principalement trois moyens d’effectuer la pose de parquet. Voyons les un à un.

La pose classique : la pose de parquet clouée

Traditionnellement, le parquet est fixé sur le sol à l’aide de clous et cette méthode de pose est toujours d’actualité jusqu’à aujourd’hui. Il faut savoir que la pose clouée est une opération assez complexe qui ne peut être effectuée efficacement que par des parqueteurs professionnels. En effet, la pose des parquets cloués se fait en plusieurs étapes qu’il faut réaliser avec minutie et professionnalisme. D’abord, on fixe sur le sol à l’aide de plâtre ou de ciment des pièces de charpente appelées lambourdes ou des solives. À leur tour, les lames de parquet sont clouées perpendiculairement sur lesdites pièces de bois.

Comment effectuer la pose d'un parquet ?

La technique de pose crolée est surtout idéale pour les parquets contrecollés ou encore pour les revêtements en bois massifs. Par ailleurs, si le sol à revêtir de parquet est doté d’un système de chauffage, la pose clouée n’est pas la bonne option. En effet, cette technique ne convient pas aux planchers chauffants.

La pose destinée aux planchers chauffants : la pose de parquet collé

Pour ceux qui envisagent d’équiper le sol d’une ou de plusieurs pièces de leur maison par des planchers chauffants, la pose de parquet collé est le moyen idéal qui s’offre à eux. Cette technique convient également pour les parquets en bois massif épais tels que le chêne, le bambou, l’érable, etc.

Comme son nom l’indique, cette technique consiste à coller les lames de parquet directement sur du béton surfacé, sur une chape fine de ciment, sur du marbre, sur du carrelage ou même sur des panneaux contreplaqués. En tout cas, observez un temps de séchage de 24 h après la pose des parquets pour que les lames de parquet puissent bien coller sur leur support et ainsi, pour que l’installation puisse durer.

L’avantage avec les parquets collés c’est qu’ils ne risquent pas de grincer comme les parquets cloués. Néanmoins, il est aussi conseillé de confier la pose des parquets collés à un professionnel pour garantir l’opération.

La pose simple à réaliser : la pose de parquet flottant

La technique la plus simple et la plus rapide de toutes pour poser un parquet c’est la pose flottante. En plus, c’est la méthode la moins onéreuse des trois et convient ainsi pour ceux qui ont un budget assez serré. Par ailleurs, il est tout à fait possible d’effectuer soi-même la pose des parquets flottants. Nul besoin de faire appel à un professionnel du bricolage pour procéder à leur pose.

On les appelle parquets flottants puisqu’ils ne sont ni collés ni cloués sur la surface support. Plus précisément, les lames ne sont pas fixées sur ladite surface, mais sont toutes simplement collées ou clipsées entre eux et puis étalés sur le sol à revêtir. Les parquets flottants peuvent être disposés sur différentes sortes de supports tels que les dalles de béton, les carrelages, les planchers ou les faux planchers, moquettes, etc. On place souvent entre le parquet flottant et le sol une sous-couche isolante de mousse ou de liège.

Avant la pose du parquet flottant sur son support, assurez-vous que le sol est bien propre, bien sec et surtout bien, plane. Ces précautions doivent toujours être observées, peu importe la méthode de pose de votre parquet : pose collée ou pose clouée.